temps

On vient de me dire qu'un de mes étudiants est le fils d'un de mes anciens étudiants dans mon prochain cours de printemps pour débutants! Il y a 29 ans, son père et moi avons formé son merveilleux GSD pour le département du shérif dans lequel ils travaillent. Il a eu une excellente carrière de la maternelle à la 9e année et a ensuite rejoint l'administration, où il a pris sa retraite. Son fils suit ses traces.
La question qui se pose est donc de savoir si ce nouveau jeune commerçant recevra la même éducation que son père. La réponse est clairement NON!
Permettez-moi de vous expliquer, depuis près de trois décennies que son père a suivi mon cours, ainsi que de nombreux ateliers et événements de certification (j'ai toujours été impliqué avec mes étudiants, et ce département a décidé de poursuivre sa formation deux fois par an une semaine pour suivre un programme de première classe) Je l’ai fait avec son père, je suis aussi allé à l’école. J'ai moi-même assisté à d'innombrables séminaires et ateliers de formation, formé des centaines de chiens et d'équipes de chiens au cours de ces années et travaillé moi-même avec plusieurs chiens dans le département de mon propre shérif. Pour moi, j'ai demandé une croissance de la formation de chien, où j'ai intitulé les chiens SchH et participé aux concours SchH et WPO (concours international de police allemande). J'ai également acquis des compétences et des techniques d'utilisation, ainsi que des entraînements tactiques. Surtout, j'ai commencé à suivre les étapes que font beaucoup de formateurs. Je devais vraiment réfléchir à ce que j'avais enseigné et à comment je l'avais enseigné en premier. Enfin, à travers de nombreux cours et introspection, j'ai pu facilement voir ce qui devait être fait, à la fois avec des praticiens en herbe et avec des chiens.
Cette approche de pilote automatique présente de grands avantages, mais c’est aussi un piège. L'enseignant DOIT rester vigilant ou le poison s'infiltre dans le travail. Ce n’est pas parce que c’était bon pour moi que c’est bon pour tout le monde. Le pire des cas est la vieille attitude nécrotique exprimée par "c’était assez bien pour moi, donc c’est assez bien pour eux". C'est un échec. Bien que j'enseigne toujours, je ne suis plus à la recherche du mal et de sa contrebande. Mais je fais de mon mieux pour ne pas laisser les anciennes méthodes troubler mon jugement ni nuire à ma capacité d'aider la nouvelle génération à progresser, à s'améliorer et à tirer profit de mes erreurs. Si je ne le fais pas, il est temps de le faire!
Pour me garder au frais, je m'entraîne. L'année dernière, j'ai élevé deux chiens à partir de chiots et les ai placés dans des programmes, avec beaucoup d'autres que j'ai achetés. Mais ceux que j'ai élevés et formés retiennent mon attention sur les bases du travail. Cela m'amène à l'innovation et aux améliorations.
Je continue également à faire respecter la loi, à suivre une formation, à aller dans la région, parfois même à revêtir un uniforme et à patrouiller avec les manutentionnaires de la maternelle à la 9 ans que j'enseigne. Ça me garde au frais, ça me garde au milieu.
Je vais aussi à des séminaires de dressage de chiens, à des ateliers et à des conférences pour faire tourner les roues. J'ai une longue liste de témoignages, mais si je ne conteste pas ce que je sais … ou pense, je sais … je ne vais pas grandir, m'améliorer et perdre l'étincelle qui me fait penser. Je pense que je n'ai pas raison, mais est-ce que je lève la barre? "," Y a-t-il un meilleur moyen, et s'il semble être meilleur, où est le test, la preuve, j'ai besoin de le savoir ".
Ainsi, lorsque je conduis dans une classe avec une deuxième génération de mes gestionnaires, il ne recevra pas la même éducation, il doit aller mieux, ou j'ai échoué.

temps
4.9 (98%) 32 votes
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *